Accueil

GEOGRAPHIE - KAZAKHSTAN

Etat d'Asie centrale, deuxième de la CEI en superficie (2.717.400 km2)), limité au nord et au nord-ouest par la Russie, à l'est par la mer Caspienne, au sud par le Turkménistan, l'Ouzbékistan et le Kirghizistan, et à l'est par la Chine (monts Tianshan et Altaï).
 
Très varié, le relief du Kazakhstan présente des plaines, des collines et des plateaux.
 
Au centre, le seuil kazakh des collines Tourgaï, vieille montagne prolongée à l'est par le plateau du Kazakhstan, où l'altitude maximale est de 1.566 m, sépare la plaine de la Sibérie nord-occidentale de la dépression Touranienne méridionale et désertique. Dans cette dernière s'étalent les étendues vides et de longue tradition nomade d'Oust-Iourt et de Kyzylkoum, de Mouyounkoum, de Betpat-Dala et de Taoukoum. Dans la partie occidentale du pays, les contreforts des monts Oural, prolongés vers le sud par les collines Mougodjary (qui culminent à 650 m), séparent la dépression caspienne (dont les altitudes varient entre -28 m et 60 m), à l'ouest, et le plateau steppique du Kazakhstan, à l'est. Dans la partie sud-orientale du pays, les hautes montagnes sont présentes (Altaï, 4.506 m). 
 
Le réseau hydrographique prend ses sources dans les montagnes méridionales puis disparaît dans les dépressions endoréiques des lacs (Balkhach, Tengiz, Zaïsan) et de la mer d'Aral; ses principales rivières sont l'Irtych à l'est, le Syr-Daria, l'Oural et l'Emba à l'ouest. Les grandes nappes d'eau, très importantes pour l'économie du Kazakhstan, sont très fragiles et en grave crise (assèchement et pollution de la mer d'Aral). Du nord vers le sud, les forêts (10 % du territoire) font place à la steppe et à la végétation de semi-désert.
 
Population
Estimée à 14,9 millions d'habitants, la population est composée de Kazakhs (41,8 %), de Russes (36,8 %), d'Ukrainiens (5,2 %), d'Allemands (4,6 %), d'Ouzbeks (2,2 %), de Tatars (2,1 %), de Biélorusses (1,1 %) et de Ouïghours (1,1%). La faible densité d'une population encore semi-nomade, les vicissitudes subies pendant l'implantation du système soviétique (famines) ont facilité l'apport de populations allogènes, venues d'autres parties de l'ex-URSS pour exploiter les ressources minières. Ceci explique que les Khazakh ne représentent pas la moitié de la population totale, malgré les déplacements récents de population (près de 800.000 Allemands ont pu revenir dans leur pays d'origine depuis 1993). 
 
Astana (anciennement Akmola), la nouvelle capitale, compte 313.000 habitants; la ville la plus importante du pays est Almaty (1.130.000 h.), suivie de Karaganda (437.000 h.), Tchimkent 360.100 h.) et Taraz (330.100 h.). 
 
 
 
 

Connexion utilisateur